Menu principal

Dernières nouvelles

WEB TV : Dans l'ombre de Teilhard...

Découvrez le portrait de Stéphane Lébé, professeur de documentation.

En savoir plus



Espace Teilhard de Chardin

Découvrez et participez au nouvel annuaire de la "Communauté Teilhard"

En savoir plus



Déclarer, verser sa taxe d'apprentissage en ligne

En savoir plus



Côté Chardin : Le journal de TDC

Le journal du lycée n'est à présent disponible qu'en ligne.

En savoir plus



L'ATELIER PHOTO de TDC

Consultez le site dédié regroupant les travaux de l'atelier.

En savoir plus



WEB TV : SOIREE DES TALENTS

Découvrez de nouvelles prestations...

En savoir plus



Les rendez-vous Ecoles et Entreprises à Saint Maur

En savoir plus



Notre page Facebook officielle

Rejoignez nous nombreux ! Cliquez sur "J'aime"

En savoir plus



Jeu d'échecs

Venez vous initier ou vous perfectionner  tous les lundis

En savoir plus



Plus de nouvelles

Compte Rendu du programme

1er Comité de suivi TdC

 

Rappel des actions engagées depuis septembre 2010 en partenariat avec l'Association ECOPHYLLE

 

 

Voir Opération Lycée Propre mai 2011


 

Brigitte Vigroux diffuse un document power Point récapitulant toutes les actions engagées dans le cadre du Programme Eco-Ecole, thématique Déchets.

 

Le Comité de suivi de Mai 2011 avait acté les actions à mettre en œuvre sur l’année scolaire actuelle. Il s’agissait de :

 

  • Garder le principe de la sensibilisation des secondes.
  • Réfléchir à une mission spécifique des délégués de classe.
  • Réfléchir à un nouveau principe de fleurissement de la Place d’Armes.
  • Convier des membres de la Brigade de l’environnement et du personnel à la sensibilisation des classes de seconde.
  • Poursuivre le compost.
  • Constituer le nouveau Comité de suivi une fois le calendrier de rentrée défini. Associer les délégués de classes : un élu + un suppléant par niveau de classe (seconde, première, terminale).

 

Catherine Juan explique l’intérêt d’avoir gardé les jardinières de la Place d’Armes et la plantation de buis à la place de fleurs, moins propices à transformer les jardinières en cendriers.

 

Patrick Debrie indique qu’un local de stockage pour les bacs jaunes et marrons a pu être réalisé ce qui évite désormais le dépôt de sacs poubelles directement sur le trottoir. Il précise aussi que le personnel de cuisine continue à s’occuper du compost à partir des restes de préparation de repas.

 

M. Lavialle donne son ressenti et celui des élèves concernant la sensibilisation des secondes. Les termes d’Ambassadeurs du Tri, Brigade de l’environnement et Maitre composteur ont fait peur et ont été jugés pompeux. Il aurait été préférable de plus insister sur les consommations des élèves et réduire les explications à des messages plus courts afin de mieux rythmer l’intervention et d’inciter un changement de comportement.

 

Pour autant, cette intervention a permis de mobiliser M. Lavialle et quatre élèves délégués.

 

La problématique de la propreté de la place d’Armes est fortement liée au site classé et la loi Evin. Les temps forts de pollution se situent aux alentours de 8h/10h et de 12h/15h.

M. Pellé nous dit avoir constaté une diminution des plaintes du Comité de quartier, toutefois il y a encore fort à faire pour que la Place d’Armes soit propre.

 

M. Pellé indique que le personnel d’entretien du lycée nettoie la place 4 fois par jours aux horaires suivants : 10h25, 13h30, 15h30 et 18h15.

Les élèves trouvent qu’il n’y a pas assez de poubelles mais Catherine Juan dit que l’expérience, dans d’autres quartiers de St Maur, prouve que ce n’est pas forcément la solution. Par ailleurs, il n’est pas possible d’installer des poubelles sous le porche de l’église.

 

Johann Cauchin nous informe que la question de conteneurs enterrés est à l’étude. Si cela devait se faire, Brigitte Vigroux propose d’associer les élèves – dans le cadre de ce projet – au changement de type de poubelles afin qu’ils s’approprient les nouveaux lieux de collecte et modifient leurs comportements.

Johann Cauchin nous donne une idée des coûts : 10 000 euros/colonne et environ autant pour les travaux de mise en œuvre. Catherine Juan indique qu’il existe des colonnes enterrées labellisées « Bâtiments de France », ce qui simplifiera les choses. Le vote du budget est porté au 5 avril 2012.

 

Les élèves précisent qu’il n’y a pas volonté de polluer chez leurs collègues mais un manque de prise de conscience.

 

Brigitte Vigroux demande s’il ne serait pas possible de donner des rôles précis aux élèves délégués comme cela a été évoqué au dernier Comité de suivi.

 

Catherine Juan évoque le ramassage des déchets fait dans quelques écoles primaires fonctionne bien. Ce à quoi, M. Pellé répond que, si cela est quelques fois demandé aux lycéens à titre de sanction, il existe un risque du fait de la voie publique.

 

La question de la sanction par une amende de la Brigade de l’environnement est évoquée. Tout déchet déposé sur la voie publique s’apparente aux dépôts sauvages tels que décrits dans le document municipal de collecte et est susceptible de faire l’objet d’une amende.

 

Patrick Debrie, tout comme les parents d’élèves, trouve dommage d’en arriver là et interroge sur la possibilité d’utiliser le site de l’école comme levier de sensibilisation ainsi que les réseaux sociaux. Cette idée reçoit un bon accueil mais les modalités de mise en œuvre ne semblent pas encore évidentes.

 

M. Lavialle propose de faire passer des messages par le carnet de correspondance.

 

Comme le dit une élève, les délégués ne sont pas enthousiastes à l’idée de s’occuper de la propreté au lycée.

 

M. Lavialle demande s’il ne serait pas possible d’associer les commerçants alentour et si oui, comment ?

 

Patrick Debrie indique qu’Elior a fait un grand effort pour réduire leurs déchets et notamment les déchets plastiques. Des pistes à suivre par les commerçants du quartier …

 

Catherine Juan parle alors de l’Opération Eco-défis des commerçants et artisans.

Eco-défis a pour but de valoriser les commerçants et artisans ayant réalisé des actions concrètes en faveur de l’environnement sur des thématiques telles que : l’énergie, les transports, les déchets, les emballages, les éco-produits et la gestion de l’eau.

 

M. Pellé propose que des élèves délégués puissent participer à la sensibilisation des commerçants en allant les rencontrer.

 

Johann Cauchin explique la problématique d’un certain nombre de commerçants qui n’ont matériellement pas la place de stocker des bacs de tri. Parmi ceux-là, il y a le « Pain chaud » qui déposerait ses déchets auprès des bacs du lycée.

A ce jour 4 commerçants sur 13 ont reçu la visite d’un ambassadeur du tri spécialsite des entreprises de la ville qui leur explique la démarche municipale de gestion des déchets et engage la mise à disposition de bacs de tri.

 

Brigitte Vigroux propose d’inviter les commerçants au prochain Comité de suivi.

 

Pour conclure, M. Pellé propose que soit constituée une brigade d’intervention des élèves éco-délégués « chapeautée » par M. Lavialle.

 

Deux missions à mettre en œuvre rapidement :


  • Rédaction de 5 à 6 messages courts lus par les éco-délégués deux fois par jour avant la sonnerie.
  • Préparation d’une réunion avec les commerçants avant Pâques.
  • Rédaction d’un texte d’invitation par les éco-délégués.

 

Les élèves délégués présents ce jour sont déclarés être les éco-délégués du Programme Eco-Ecole.